Hexagone #4
Hexagone #4 © Avatam studio

Nelick, Johan Papaconstantino et Hervé complètent le line-up d’Hexagone #4

Après Vendredi sur Mer, Muddy Monk et Joanna, trois nouveaux noms rejoignent la programmation de la 4e édition de la soirée Hexagone : Nelick, Johan Papaconstantino et Hervé.

Nelick

À l’aise sur des phases rappées nerveuses et incisives, qu’il distille notamment dans un clip tourné sur le toit de la Philharmonie – « Le Ciel Est Couleur Cocktail » –, comme sur des productions plus rondes et langoureuses – « OCEAN 2077 » ou « Kendall Jenner » –, Nelick fait partie de cette génération d’artistes qui abolit les frontières entre rap et R’n’B moyennant une bonne dose d’autotune. Quelques années en autodidacte, un EP avec Lord Esperanza puis une ribambelle de projets qu’il labélise KiwiBunny et voilà que le jeune rappeur de Champigny-sur-Marne figure aujourd’hui parmi les représentants les plus prometteurs de la scène hip-hop francophone.

Johan Papaconstantino

Son berceau marseillais et ses origines grecques ont placé idéalement ce jeune compositeur sur un méridien singulier, baigné autant par le rap autotuné que par la musique orientale, avec des radiations en provenance des musiciens de variété grecs des années 1970. Une collusion d’influences qui rend ses chansons uniques, attachantes et déroutantes à la fois, auxquelles sa voix traînante et trafiquée ajoute une dimension encore plus étrange. Minimaliste et dansant, son art hybride devrait bientôt faire grand bruit.

Hervé

Originaire de Fontenay-le-Fleury (Yvelines), Hervé fait de la musique électronique en chanson. Il juxtapose ses textes introspectifs invoqués tels des mantras à ses productions électro percutantes, et lie le tout grâce au piano. Les ingrédients de ce cocktail détonnant infusent depuis longtemps : il y a la chanson française de Bashung ou Higelin que sa mère écoute, le rap de 113 ou Booba de ses potes de quartier et l’électro de ses années lycée à Versailles – Daft Punk, Air ou Justice. Son premier EP, Mélancolie FC, renvoie au rêve d’une carrière de footballeur à laquelle il renonce à 16 ans à peine. Dix ans plus tard, après quelques aventures outre-Manche avec le duo Postaal, Hervé se lance en solo et se retrouve vite sous les projecteurs : il assure les premières parties d’Eddy de Pretto dans sa tournée des Zénith et à l’Olympia, mais aussi de Juliette Armanet ou Clara Luciani, passées par Days Off respectivement en 2017 et 2018.

← Retour aux actualités