American Utopia
© Todomundo / Nonesuch Records

Nouvel album pour David Byrne

American Utopia marque le retour du chanteur new-yorkais, 14 ans après la sortie de son dernier album solo.

Ce vendredi 9 mars est paru sur Todomundo / Nonesuch Records le septième album studio de David Byrne réalisé sous son seul nom. Outre celui de son géniteur, American Utopia se nourrit du talent de plusieurs musiciens et producteurs anglo-saxons. Brian Eno d’abord, qui co-écrit la plupart des morceaux et prend part à l’enregistrement de certains d’entre eux. Mattis With, membre du label Young Turks, ensuite : après avoir écouté une démo de l’album, il suggère à David Byrne plusieurs collaborations. American Utopia est coproduit par Patrick Dillett, acolyte de longue date de l’ex-leader des Talking Heads, et Rodhaid McDonald (The xx, King Krule, Gil Scott Heron, Bobby Womack, Kanye West, Denai Moore). On retrouve entre autres Oneohtrix Point Never, coproducteur du dernier album d’Anohni, à l’écriture des titres « This Is That » et « Here », le piano de Sampha sur « Every Body’s Coming To My House », le DJ et producteur Jam City ou encore le chanteur et multi-instrumentiste Jack Peñate sur « Gasoline and Dirty Sheets », « Every Day Is a Miracle » et « Bullet ». Cette multitude de collaborations offre des nuances rythmiques à certains morceaux, une inclinaison électronique à d’autres. Le tout accouche d’un disque aussi varié que soigné.

L’album se distingue par la qualité de ses textes. Plutôt qu’esquisser les traits d’une société rêvée, David Byrne dépeint les travers du monde actuel, sa beauté aussi. Plus qu’un simple diagnostic de l’Amérique d’aujourd’hui, American Utopia revêt les airs d’un manifeste. Il appartient à chacun de se réinventer pour réinventer le monde. Résolument optimiste et engagé, l’esthète américano-écossais nous exhorte à un investissement quotidien, et non uniquement au choix tous les quatre ou cinq ans d’un nom inscrit sur un petit bulletin.

La sortie d’American Utopia coïncide avec la mise en ligne de Reasons to Be Cheerful, blog via lequel l’ex-tête pensante des Talking Heads partage des initiatives sociopolitiques novatrices, souvent locales, encourageantes voire déjà couronnées de succès. Nommé d’après un morceau de Ian Dury, Reasons to Be Cheerful se présente comme un remède au marasme occidental quasi généralisé, et fait directement écho aux thématiques abordées dans American Utopia.

David Byrne - American Utopia

Tracklist d’American Utopia :

  1. I Dance Like This - 3 minutes 33
  2. Gasoline and Dirty Sheets - 3 minutes 19
  3. Every Day Is a Miracle - 4 minutes 46
  4. Dog's Mind - 2 minutes 29
  5. This Is That - 4 minutes 31
  6. It's Not Dark Up Here - 4 minutes 10
  7. Bullet - 3 minutes 09
  8. Doing the Right Thing - 3 minutes 38
  9. Everybody's Coming To My House - 3 minutes 29
  10. Here - 4 minutes 13

David Byrne vous donne rendez-vous le 3 juillet à la Philharmonie, sur la scène de la Grande salle Pierre Boulez, pour son unique concert en France cet été. Le New-Yorkais y annonce un show exceptionnel, le plus ambitieux depuis sa tournée « Stop Making Sense » avec les Talking Heads en 1983.

← Retour aux actualités