Lucie Antunes & Collectif Scale / Léonie Pernet

Lieu Salle des concerts - Cité de la musique
Tarifs 30€ / 25€
Durée env. 2h55
Placement assis numéroté / libre debout
La Cité de la musique - Philharmonie de Paris est accessible aux personnes à mobilité réduite. Des places adaptées aux spectateurs se déplaçant en fauteuil roulant sont disponibles dans toutes les salles de concert, sur réservation aux guichets ou par téléphone au 01 44 84 44 84.
La Grande salle Pierre Boulez, le Studio et la Salle de conférence (Philharmonie) sont équipés d’une antenne à haute fréquence.
Les personnes en situation de handicap visuel peuvent demander à être placées le plus près possible de la scène. Le programme de salle en format Word peut être envoyé quelques jours avant le concert, sur demande préalable.
Prêt de matériel (contre une pièce d'identité) aux différents accueils et vestiaires : fauteuils roulants, sièges-cannes, boucles magnétiques « tour de cou », jumelles, lunettes de télévision, monoculaires, loupes, casques anti-bruit. 
Vous rencontrez des difficultés d'orientation ou de mobilité, un volontaire du service civique peut vous accueillir (sur rendez-vous).
Renseignements : handicap@philharmoniedeparis.fr

Deux têtes chercheuses du label français CryBaby & InFiné pour une soirée sous le signe de l’électronique la plus inventive. Formats pop pour les chansons amples de Léonie Pernet et envolées plus abstraites pour les compositions de Lucie Antunes, mises en lumière par le Collectif Scale pour un show immersif et spectaculaire.

1/ Léonie Pernet

Paru en 2018, le premier album de Léonie Pernet propulsait la compositrice et multi-instrumentiste sur le devant de la scène pop. Essentiellement écrites en anglais, les chansons de Crave impressionnaient par leur folle densité, leur alliage de sonorités très différentes. Trois ans plus tard, Le Cirque de Consolation porte ce mélange à ébullition et réussit cet incroyable tour de force d’à la fois enrichir et clarifier le son de Léonie Pernet. Électronique, claviers, cordes, percussions traditionnelles, voix démultipliée et traitée à l’envi, tout concorde à donner corps à des mélodies mémorables. La grande surprise vient des textes, désormais majoritairement en français, qui dévoilent une écriture puissamment poétique et personnelle. L’inventivité exigeante de Léonie Pernet et la grande plasticité de ses chansons sont autant de promesses de versions scéniques passionnantes et surprenantes.

2/ Lucie Antunes & Collectif Scale

À l’image d’une génération pour qui les distinctions et hiérarchies entre les genres n’ont plus aucun sens, Lucie Antunes cherche et trouve dans toutes les directions. Batteuse et percussionniste formée au conservatoire, nourrie par le courant minimaliste et férue d’électro-acoustique, elle goûte aux expérimentations pop de Yuksek ou Aquaserge avant de se lancer, au mitan des années 2010, dans la mise en scène de spectacles qui sont autant de collaborations avec des chorégraphes, musiciens et performeurs. En 2019, son album Sergeï synthétise ces recherches au fil de sept compositions ambitieuses où orchestrations synthétiques et organiques (notamment son vibraphone) se marient à merveille. Aujourd’hui, Lucie Antunes va plus loin dans l’exploration de cette tension entre musiciens et machines, avec une relecture augmentée de ses morceaux : en collaboration avec le Collectif Scale, elle a imaginé une scénographie où trois musiciens sont au cœur d’un cercle formé par des bras lumineux robotisés. Une chorégraphie futuriste, une expérience inédite.

← Retour à la programmation